Test du Loupedeck + le clavier pour retouche !

Aujourd’hui, Sébastien Vincent se penche sur la console d’aide à l’édition et au développement, la Loupedeck +.

Le clavier dédié au développement et à l’editing dans Lightroom, vient de sortir dans sa version 2. Dans ce monde numérique, Loupedeck + propose de retrouver un  contrôle physique sur nos images grâce à des molettes et des touches. Nouvelle finition, personnalisation plus poussée et nouveaux boutons, que vaut vraiment cette console ? J’ai passé une semaine à la tester en conditions réelles pour savoir si l’efficacité et le plaisir de retoucher sont au rendez vous .

 

À l’ouverture de la boîte noire au look très sobre, je découvre le Loupedeck +. Il a le même gabarit qu’un clavier classique. A la place des touches se trouvent des molettes et des roulettes pour gérer la quasi intégralité des fonctions de Lightroom. Il n’y a rien à faire, à part installer le pilote depuis le site du fabricant et le clavier est fonctionnel. 

Le clavier Loupedeck + - Prophot
Le clavier Loupedeck +

Première prise en main

Habitué des claviers Apple, le toucher du Loupedeck est bien différent. Il me renvoie à une époque vintage des claviers aux touches profondes et un peu bruyantes. Ces dernières sont bien plus fiables (elles ne se bloquent plus) par rapport à la première version. Les potentiomètres sont agréables, silencieux et réagissent au quart de tour. Seuls les roulettes des couleurs primaires et secondaires sont crantées et font un léger bruit. Le câble USB est intégré au clavier, une glissière permet de l’orienter vers haut ou le côté suivant la disposition de son installation. La finition est un peu trop plastique à mon goût mais la force du Loupedeck ne réside pas dans sa coque.

Un peu plus de plaisir et de contrôle, voilà la vraie plus value de Loupedeck.

Le clavier est très complet, il comprend 13 molettes, 8 roulettes pour les couleurs, 1 gros bouton rotatif, 25 touches et 15 de  raccourcis. 

Le clavier Loupedeck + Prophot
La console Loupedeck +

 

Les molettes commandent les fonctions de base de Lightroom. A gauche Exposition, contraste et clarté, au centre les hautes lumières, les tons foncés, les noirs et les blancs. Et enfin à droite les couleurs, balance des blancs, teinte, vibrante et saturation. On les tourne avec simplicité et une simple pression permet de les réinitialiser. Une touche permet basculer en plein écran dans menus. Quel plaisir de pouvoir travailler sur sa photo sans avoir les yeux rivés sur les curseurs! J’ai mémorisé très vite la position des commandes et j’ai pu très facilement travailler mes images. Contrairement à la souris, il est possible de modifier plusieurs molette en même temps. Un peu plus de plaisir et de contrôle, voilà la vraie plus value de Loupedeck. 

Loupedeck + Prophot
Une configuration de travail standard, un MacBook Pro, un clavier Loupedeck + et une bonne tasse de thé.

A côté du plein écran, se trouve la touche avant/après qui permet de comparer l’original et la version travaillée. De plus, Les molettes TSL (teinte / saturation / luminosité) permettent de travailler plus finement la chromie. Au dessus de chacune d’elles 8  boutons contiennent les presets de base ou les siens après personnalisation. En plus de ces fonctions basiques, le bouton principal permet de recadrer et redresser ses images. Quatre raccourcis permettent de sélectionner le pinceau. Les filtres radial et dégradé ou la pipette qui nécessitent d’utiliser la souris ou le stylet. 

Zabriskie point en Californie développée avec beaucoup de plaisir dans Lightroom avec le clavier Loupedeck.

En effet, une fois toute les modifications réalisées, on peut les copier et les appliquer à d’autres images via deux touches. Plus besoin de valider comme sur le console classique. Le Loupedeck copie tout sans se poser de question y compris le recadrage.  C’est pourquoi je l’applique en dernier. Il ne reste plus qu’à developer avec la touche Export. Pour finir, une touche annuler, rétablir ainsi que Noir et blanc complètent les possibilités d’édition.

Les commandes physiques très intuitives sont parfaites pour retrouver le plaisir de travailler ses images en plein écran et sans interface.

Lightroom comporte bien plus de fonctions qu’il n’y a de boutons sur le clavier. C’est pourquoi il y une touche custom mode qui permet d’utiliser d’autres outils avec les boutons principaux comme un réglage avec une courbe ou un split toning. 

Le menu du Custom Mode Loupedeck +
Le menu du Custom Mode.

De plus chaque molette a une deuxième fonction quand est enfoncée la touche fn. Par exemple la moletteD2 permet de régler l’accentuation, avec la touche fonction ce sera la réduction du bruit. 

Test Loupedeck +
En mode normal, la molette D2 sert à modifier le gain de netteté.
Test Loupedeck +
Avec la touche fonction enfoncée, la molette D2 sert à modifier la réduction de bruit.

 

Pour aller encore plus loin, le logiciel Loupedeck permet dans une interface très claire de modifier tous ces paramètres et de se créer un clavier personnalisé. Toutes les fonctions secondaires notamment de réduction de bruit ou d’accentuations peuvent être accessibles.

Le menu de personnalisation des fonctions.
Les touches de raccourcis peuvent être personnalisées. Ici C4 applique une balance des blancs automatique. A droite la liste des fonctions pour remplacer.

En plus des fonctions de développement, Loupedeck permet de faciliter l’editing. Un pavé directionnel pour passer d’une photo à l’autre, une série de touches avec des couleurs et des étoiles, rendent la sélection très rapides. Deux touches pour mettre les drapeaux rejetés ou sélectionnés complètent ces commandes. 

Loupedeck est un outil très efficace que je recommande pour les photographes qui ont beaucoup de photos à traiter et qui veulent optimiser leur workflow

Loupedeck est un outil très efficace que je recommande pour les photographes qui ont beaucoup de photos à traiter et qui veulent optimiser leur workflow. Le gain de temps est flagrant grâce à de nombreuses subtilités. Par exemple au dessus des molettes de couleurs, les raccourcis (P1 à P8) servent aux presets de rendus mais en mode recadrage ils contiennent les ratios de formats (carré, 2X3,4X3…). C’est une fois de plus une bonne optimisation des contrôles. Les commandes physiques très intuitives sont parfaites pour retrouver le plaisir de travailler ses images en plein écran et sans interface. Après personnalisation tout est accessible sans quasiment jamais toucher au clavier. Je dois reconnaître que j’ai passé les deux premières heures d’utilisation à redécouvrir le plaisir presque enfantin de tester, de pousser à fond les réglages et d’essayer de nouvelles variantes pour chaque image. J’ai testé le clavier pendant une semaine. Après l’avoir rendu, retrouver la souris et les curseurs m’a paru très étrange avec le sentiment de mettre beaucoup de temps pour faire mes réglages.

Grand Canyon, Arizona.
Grand Canyon, Arizona.

Le Verdict

 

Certains trouveront la Loupedeck un peu cher, c’est vrai qu’il vaut plus qu’un clavier classique et que ses finitions mériteraient d’être plus proches des standards actuels. Son prix peut néanmoins se justifier par son utilité et les mises à jours logicielles et de compatibilité avec de nouveaux logiciels. Loupedeck est dédié et optimisé pour Lightroom. Il est également compatible avec le logiciel de montage PremiereAurora HDR de Skylumet Capture One en bêta. Si j’étais un utilisateur de Lightroom plus fréquent, j’aurais déjà acheté mon exemplaire de Loupedeck tant j’ai été séduit par le confort de travail. Depuis mon test de Capture One, je l’utilise exclusivement pour travailler mes images. J’attends avec impatience début 2019 la compatibilité officielle du logiciel pour tirer parti de cet outil très efficace.

 

COOL :

  • Le plaisir de travailler ses images en plein écran sans interface
  • Le contrôle physique de Lightroom via les molettes
  • L’interface claire et hautement personnalisable
  • Le gain de temps, possibilité de modifier plusieurs molettes en même temps
  • La compatibilité avec Première et Aurora
  • La simplicité de l’editing

PAS COOL :

  • L’aspect plastique du clavier
  • Les touches au feeling old school
  • La compatibilité en Beta de Capture One
  • Le prix

 

Partagez-moi 🙂
Prophot Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.